Humeur

Travailler à son compte au Rwanda est à la fois merveilleusement simple et horriblement compliqué. Depuis 10 jours, nous enchaînons les soucis. Petits si pris isolément, mais comme ils s’enchaînent, se cumulent, se juxtaposent c’est juste un foutu ouragan de complications.

Lire la Suite

Expats VS Migrants

Il y a un sujet assez sensible dans la communauté des étrangers vivant en Afrique. Il y a 20 ans, la question ne suscitait pas vraiment de débat. Un européen ou un américain qui vivait en Afrique était considéré et appelé «  expatrié ». Un expatrié c’est, littéralement, quelqu’un qui vit hors de sa patrie. On pourrait donc se dire que c’est une forme d’émigration comme une autre. Cela dit, dans le langage courant ce terme n’est généralement utilisé que pour les occidentaux vivant en Afrique ou en Asie. 

Lire la Suite

Bouquiner : « Americanah » Chimamanda Ngozi Adichie

Americanah c’est l’histoire d’ Ifemelu, une jeune nigériane qui quitte son pays et l’amour de sa vie , pour aller étudier aux États-Unis. C’est un récit qui parle d’ exil, d’une jeune feministe africaine qui ne veut rien devoir à personne, d’une héroïne de roman un peu désagréable mais à laquelle on s’attache malgré tout. C’est l’histoire de ses amours, du racisme aux États-Unis, et puis aussi celle d’un retour après l’exil.

Lire la Suite

The Beach house in Gisenyi ( Airbnb )

I love Airbnb. When we arrived in 2014, this service was almost unavailable. Since then , hopefully for me, the offer has increased. What I love with Airbnb is to have the comfort of a home and this feeling that you live there… Even if it is for 3 days only. With kids it is really great, you can follow their rythm, they have more place to play and can make more noise. With friends also ( for the exactly same reasons 🙂 ).

Lire la Suite

La zone de confort

Entre notre décision de partir et notre départ, il s’est écoulé 11 mois. Je ne parle pas du début, de l’ébauche, de l’envie qui datent de de la naissance de notre fille. Je parle du séjour préliminaire pour confirmer la faisabilité du projet et puis le grand départ pour venir le réaliser. 11 mois… C’est peu. Durant ces 11 mois, j’ai beaucoup pensé, et peu dormi. Je me suis posée environ 11347 questions. J’ai réalisé que mes questionnements n’étaient pas forcément ceux de mon mari, que même si on partait ensemble, on ne vivait pas les choses de même façon. Que même à deux, on est cependant quand même seul . J’ai compris que je n’aurais pas de réponses à toutes mes questions et j’ai dû l’accepter. Je suis plutôt une nana qui aime savoir où elle va, dans quoi elle met les pieds. Or là, je devais accepter que j’aurais mes réponses seulement au fur et à mesure de l’avancée du projet, selon ce à quoi nous serions confrontés, et qui ne seraient pas forcément ce que j’avais pu imaginer durant mes insomnies. Ce fut la partie la plus inquiétante pour moi.

Lire la Suite

L’odeur de la pluie

 

C’est l’odeur de la pluie qui m’a le plus manquée. L’odeur de la terre rouge humide, de l’herbe et des plantes mouillées, de la fraîcheur qui la suit.

Lire la Suite