Ma grande…

Il y a 5 ans tu as fait de moi ta maman. Je n’y connaissais rien, je te ne connaissais pas non plus. Chaque jour, je te découvrais et je me découvrais. Tu m’as appris la patience, le doute, la remise en question permanente. Tu m’as appris qu’on pouvait se faire réveiller la nuit, être à bouts et pourtant être capable de trouver la force nécessaire pour s’occuper de son enfant. Une fois dans mes bras, ton odeur, ta peau, tes petites mains qui s’accrochaient à moi, me faisaient oublier la frustration et l’épuisement engendrés par cette maternité, et dont peu osent te parler.

Je n’ai pas eu ce fameux instinct maternel dont on m’avait parlé.

Lire la Suite